Notre travail s’inscrit dans les axes DIDEVAL et DEMOCORTAL. En effet, il s’agit de travaux directement liés à la didactique des langues (aussi bien chez des publics de jeunes adultes que chez des enfants d’école primaire). Les jeux s’appuient sur des ressources langagières et à ce titre jouxtent les éléments de Traitement Automatique des Langues. Enfin, l’analyse des traces d’interactions qui sera l’une des problématiques nécessaires à l’avancement de nos travaux nécessitera de mobiliser des éléments de TAL et des connaissances relevant de la didactique.

Nous sommes déjà engagés dans 3 projets :

• Luciole (financé dans le cadre de l’e-FRAN Fluence) : développement et test d’un jeu pour l’apprentissage de l’anglais en primaire — projet le plus avancé : testé par une cohorte de plus de 500 élèves. Nécessitera dans les 2 années à venir un lourd travail d’analyse des données.

• MagicWord (financements ponctuels) : jeu pour l’apprentissage des langues (focalisé accuracy : mécanismes de flexion, lexique). Commence à se stabiliser. Dans les 4 ans à venir, il devra faire l’objet d’un test à grande échelle. Cela pourra être l’occasion d’une collaboration locale (CUEF), mais aussi internationale (contacts en Chine et au Mexique) ;

• Game Of Words (non financé) : jeu pour l’apprentissage des langues (focalisé fluency). Va nécessiter des financements pour arriver à une forme testable. Ce jeu est particulier, dans la mesure où il pourrait nous permettre une incursion dans le domaine des GWAP (Games With A Purpose : ici la constitution automatique de données langagières d’après les interactions des joueurs, ce qui peut être un levier pour obtenir un financement).

Outre ces 3 projets, nous pourrons, selon les opportunités, être amenés à participer à des appels à projets pour d’autres jeux. Toutefois, la priorité sera de trouver des financements pour finaliser et diffuser ces projets.

Notre action concerne les deux thématiques transversales définies par la direction du laboratoire. En effet, même si nous n’excluons pas les jeux “physiques” de notre définition de “jeu sérieux”, tous les jeux sur lesquels nous travaillons sont des jeux numériques visant une acquisition langagière, qui par essence, interroge le lien “langage”-“numérique”. De plus, le projet Luciole, qui est mobilise actuellement l’essentiel de nos forces, est une application destinée aux élèves de primaire (CP, CE1, CE2).

Les objectifs de cette action sont de concevoir des jeux pour l'apprentissage des langues, analyser les usages (intégration des jeux par les enseignants/prise en main par les apprenants) et analyser les effets sur l'acquisition/transfert de compétences.

Partenariats :

Collaboration avec l'UNAM

 

Mis à jour le 15 février 2020