L’objectif de cette action est d’exploiter des bases de données à la fois larges (de nombreuses unités) et profondes (informations variées sur chaque unité) pour comprendre les phénomènes linguistiques et leur lien avec le contexte social. Pour généraliser les caractéristiques connues dans un sous-ensemble de la base ou pour simuler certains processus dynamique (acquisition du langage), nous avons recours aux méthodes de l’apprentissage-machine. Ces objectifs empiriques s’accompagne d’une réflexion théorique sur les oppositions collectif/individuel et cognitif/social à la lumière des nouvelles alliances interdisciplinaires impliquées dans le traitement des données sociales massives.

Partenaires :


 
Mis à jour le 15 avril 2020