« Ce que la théorie situe, explique, prévoit a un statut pour la connaissance, est conservé ; ce qui est hors de son domaine est sans pertinence, voué à l’oubli. »
Pierre Cotte, « Remémoration et réélaboration dans la langue », 2005
 
Cette action renforce le thème fort « Descriptions linguistiques et modélisation » (thème 2 de l’axe 1). Elle s’ancre dans le volet théorique du LIDILEM, participant à la modélisation. Sa méthodologie spécifique consiste à mettre en perspective les modèles théoriques pour les faire dialoguer, en prenant en compte les apports les plus récents de la recherche (travaux sur l’interaction, la communication non verbale, les publics non standards, etc.). L’objectif est ainsi de comprendre des phénomènes linguistiques et discursifs dans toute leur complexité.
 
L’équipe qui anime cette action est constituée d’anglicistes. De ce fait, une partie des travaux est principalement centrée sur l’anglais, pour contribuer au rayonnement des études anglophones. Les autres travaux développent quant à eux une approche pluri-langues, démarche elle aussi cruciale pour faire dialoguer et donc mieux avancer les recherches.

Les travaux reposent principalement sur des publications thématiques et sur deux types de rassemblements scientifiques : des journées d’études annuelles (cycle TLD, Théories Linguistiques en Dialogue) qui rassemblent des chercheurs de courants différents pour l’étude d’une thématique abordée dans un corpus commun, et des colloques internationaux (cycle LED, Langues Et Discours), qui mettent en dialogue exploitations en discours et théories, pour comprendre les phénomènes dans toute leur complexité. Tout en adoptant une perspective différente, ces deux cycles se complètent et se nourrissent mutuellement, parfois jusque dans la thématique abordée. 
 
Ces recherches s’inscrivent dans une démarche de construction, envisagée sous l’angle d’une continuité. Ainsi, à titre d’exemple, l’étude de l’anaphore a mené à celle des pronoms, puis de la détermination du nom et des noms propres, ou encore de la référence. Les nouvelles thématiques émergent ainsi des enjeux particuliers qui se dégagent des précédentes.
 
Au fil du temps, ces travaux ont permis de construire des partenariats ponctuels avec différents laboratoires aux expertises complémentaires. Ils visent également à être utiles au-delà du cercle de la recherche, d’où un volet de transmission des savoirs, auprès du grand public et des étudiants (dont stages universitaires de master parcours recherche).
Mis à jour le 23 avril 2020