La phraséologie dans la correspondance des XVIIe et XVIIIe siècles
L’étude diachronique de la phraséologie constitue une nouveauté thématique actuellement en émergence. Ce projet qui allie linguistique de corpus et TAL s’inscrit dans la continuité des travaux en phraséologie réalisés dans le laboratoire LIDILEM. Il s’appuie également sur une solide collaboration avec plusieurs chercheuses du laboratoire Litt&Arts (UMR 5316).
L’objectif de ce projet est d’analyser, grâce à la linguistique outillée, les unités phraséologiques structurant la phrase et le discours pour contribuer à l’élaboration d’un modèle théorique opératoire des genres textuels permettant de classer les textes en fonction de leurs spécificités phraséologiques. L’apport de cette recherche sur le rôle structurant de la phraséologie dans la caractérisation des genres textuels dans une perspective synchronique et diachronique sera à la fois théorique (par une contribution à l’histoire des genres textuels) et appliquée (en livrant une typologie des différents phraséologismes).
Depuis 2018, une investigation a été lancée pour la constitution d’un corpus de correspondances des XVIIe et XVIIIe siècles (en ciblant notamment les lettres de compliments). Ce projet est mené en collaboration avec Cécile Lignereux (laboratoire Litt&Arts). Ce travail permet de développer des ressources (constitution de corpus originaux, lemmatisés et annotés syntaxiquement), d’améliorer les outils existants (notre outil de fouille, le Lexicoscope) et d’ouvrir notre champ d’observation des phénomènes phraséologiques au genre textuel épistolaire.
 

Financements

  • Financement d'un stage en 2020 par le Pôle Grenoble Cognition
  • Financement d'un contrat doctoral par l'ED LLSH pour un projet de thèse intitulé "Phraséologie diachronique du genre épistolaire: étude des marqueurs discursifs
Mis à jour le 11 février 2021